29 juillet 2017

La bonne conscience....ou...La Conscience......

Tant qu'il y aura sur notre planète un seul hôpital psychiatrique, une seule prison, un seul tribunal, nous ne pouvons pas nous dire "humains": nous ne savons pas aimer. Mais j'ai une morale, d'un côté du lit, le bien, de l'autre le mal et j'ai toujours raison. C'est ainsi que dans les discussions d'une soirée ou d'une journée, il est impossible de s'entendre et depuis des décennies nous nageons dans des eaux opaques ou nous nous enfermons dans nos tours barbelées et après????L'intéret de chacun, l'intéret de tous, l'harmonie,... [Lire la suite]
Posté par MF Oleary à 15:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juin 2017

le pardon instantané

Il y a quelques jours, je rencontrais une jeune dame qui élaborait sous mon regard ahuri une théorie du pardon:"les différents paliers du pardon  sont des couches à enlever de soi une à une."  Autrement dit avec une telle attitude, il ne peut y avoir de pardon et se justifient les rancunes, les ressentiments et l'impossibilité d'aimer.  Chacun y va de sa vengeance personnelle et nous enracinons les rôles de victime-bourreau dans notre propre inconscient et dans l'inconscient collectif avec une jouissance... [Lire la suite]
Posté par MF Oleary à 10:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2017

ces femmes qui n'aiment pas les femmes

Il est étrange de ressentir qu'une femme peut ne pas aimer la femme et en vibrer de plaisir.  En humiliant, en harcelant celle qui sur son chemin prend plaisir à être femme.  Les faits sont multiples  qui nous parlent de cette aversion, de cette mysoginie pratiquée par des êtres qui en deviennent souvent des victimes. Appelons là: Ernestine. Ernestine est belle, joyeuse, légère, musicienne. Or sa voisine, résidant à l'étage supérieur de son appartement ,tape régulièrement du pied sur... [Lire la suite]
Posté par MF Oleary à 16:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 mars 2017

au printemps, pensées spontanées.....

Printemps, je te regarde, t'apprivoise, foule ton sol, mes pieds mouillés,l'immobilité rayonnant de nos arbres.  Bonjour à toi. Le monde des sens se transforme, l'odorat devient percutant, l'ouïe sensible, la beauté allège l'esprit et les ondes projetées dans l'univers reçoivent des messages de vie, un insolite instant de déchiffraghe de sa mission, de son destin. Notre mission, notre destin, quand les bâteaux coulent, les amitiés ayant souffert mille morts successives et mille renaissances toutes aussi vives et... [Lire la suite]
Posté par MF Oleary à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2016

Cadeaux de Noël-- Arts et Paroles

Nous passons ces derniers instants de l'année 2016 à réaliser les bilans qui chevauchent le temps, notre temps. Notre année 2016. Il y eut le décès de mon cher ami Jean-Pierre Scant, homme dont chaque pas fut un don de sa personne à la vie.  Théâtre, jardin, cuisine,écriture, notre parc du Beauvais et notre association Arts et Paroles dont il fut président pendant plusieurs annés, bâtissant un pont entre la Nièvre et nos amis autochtones des premières nations du Québec furent témoins de sa création... [Lire la suite]
Posté par MF Oleary à 14:41 - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 décembre 2016

Aujourd'hui

Dans cette époque chaotique je ne sais plus qui est qui et où sont mes vrais alliés.  Mon destin, ma vie, mon quotidien, je mène ma barque avec mes intuitions, ma sensibilité de l'instant et je transmets et je partage.  Comment être sereine et paisible dans un univers où tant et tant d'humains n'ont ni toît, ni à manger, ni droit au travail?  certains meurent.  Certains en meurent.  Hier soir, sur une route de la Nièvre, la lune pleine si envahissante et si belle, je stoppais ma voiture, en descendais, et... [Lire la suite]
Posté par MF Oleary à 06:58 - Commentaires [3] - Permalien [#]

30 septembre 2016

Se ressourcer..évasion sensorielle et spirituelle:vendredi 14-Samedi 15 et dimanche 16 octobre 2016--

Un soir récent, en pays nivernais,à La Charité-sur-Loire, le temps donnait au temps vécu son sens, j'étais dans un temps sans temps, un ami prenait un à un sur ses étagères les ingrédients d'une sauce qu'il épiçait aux tomates d'un jardin sans nom, qui sait, peut-être une grande surface ou l'épicerie locale et  observant la gestuelle de cet ami, me vint en pensée pendant que j'étais toute ouïe à ses propos le temps des Mayas où passé et futur font partie du présent.  Il y a quelques jours, je ne... [Lire la suite]
Posté par MF Oleary à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 septembre 2016

Ouvrir son coeur, suite......

Bonsoir mes amis, mon ami Gilles Vignault chante:"Qu"il est difficile d'aimer", et je dis au creux de l'oreille de l'humanité, mais qui sait aimer, qui aime, qui oublie son moi pour chaque jour donner à la différence, aimer la différence et se nourrir de la différence.  Chacun prêche sa sincérité et l'écoute de sa subjectivité en rejetant le voisin qui ne pense pas comme lui.  Or aujourd'hui passe une amie non vue depuis six mois avec son chien qui la suit partout, devine ses moindres gestes et s'amuse à se rouler dans... [Lire la suite]
Posté par MF Oleary à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2016

ouvrir son coeur

Bonjour amis et amies qui accédez à ce blog, notre humanité sent l'inhumanité de la consommation et devient impuissante à aimer la différence ou le différent.  Paris rue Rambuteau, je sors de la projection du film de "Juste la Fin du Monde" de Xavier Dolan et il y a là cinq à six gendarmes encerclant une famille et un bébé couché-assis sur un matelas dans la rue, scène visible maintenant dans plusieurs quartiers de Paris et innacceptable, les gendarmes disent:"interdit"--"interdit"--je passe et quelques heures plus... [Lire la suite]
Posté par MF Oleary à 12:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 juillet 2016

LE PARTAGE OU SAVOIR DONNER ET AIMER NOTRE DIFFERENCE

Avant que nos frères blancs viennent nous civiliser, nous n’avions aucune prison. Par conséquent, il n’y avait aucun délinquant. Nous n’avions pas de clés ni de serrures, donc il n’y avait pas de voleurs. Quand quelqu’un était trop pauvre pour s’offrir un cheval, une couverture ou une tente, il pouvait recevoir cela comme cadeau. Nous n’étions pas assez civilisés pour accorder une telle importance à la propriété privée.Nous voulions posséder des choses pour les donner aux autres, s’entraider. Nous n’avions pas d’argent, pour cette... [Lire la suite]
Posté par MF Oleary à 18:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]