Demain le jour de Pâques...Fêté sur l'ensemble de la planète, c'est aussi le temps du miracle, de l'espérance, du renouveau, ne serait-ce que d'aller chercher les oeufs cachés dans nos jardins et de les dénicher,  symboliquement c'est une part de nous qui se réjouit et crit:"j'ai trouvé".

Qu'ai-je donc trouvé?  Que signifie l'oeuf si ce n'est la naissance et  le chocolat, l'éphémère d'un temps qui passe.

  Ce soir,je désire vous partager des livres récents qui ont ému et touché mon âme.  Et pour commencer mon rendez-vous avec chacun et chacune, j'écoutais aujourd'hui une émission de radio sur le pardon où l'animatrice proposait de demander pardon à autrui en disant:"je te demande pardon de t'avoir utilisé pour fermer mon coeur".  Oh là là, c'est cela, tout à fait cela, l'incompréhension de la relation, la non communication, le frère de mon voisin qui lui reproche d'avoir pillé la maison de leur mère lors de son décès, après l'avoir invité à prendre ce dont il avait besoin pour aménager sa nouvelle maisson, mon jardinier , parti sans un au revoir en ayant été hébergé et nourri plusieurs semaines chez moi.....etc, etc.....

Un coeur fermé....mais tant d'écrivains  l'ouvrent en témoignant de la beauté de leur destin, de la fidélité de leurs valeurs :or ce sont ces coeurs ouverts qui sonnent les cloches de notre Pâques. Depuis une semaine, avant de m'endormir, je plonge avec délectation dans les mots et la pensée de Charles Juliet, aussi je désire vous citer et vous partager ce murmure d'un 16 février de l'an 2004 dont voici quelques extraits:

"Quand un poème prend la parole:

- J'éclos au sein du magma, me nourris de ce qui le constitue.

-Je donne forme et existence à ce que distille l'alambic intérieur.

-Parfois les mots qui me font exister peinent à se faire entendre.

- Le sensible et le spirituel, je les mêle en moi jusqu'à ce qu'ils deviennent une seule et même substance verbale.  Celle-ci peut alors s'adresser tant à la sensibilité qu'à la pensée du lecteur.

--Je ne donne qu'à ceux qui s'ouvrent à mon murmure.

--Mon désir secret: m'établir hors du temps, livrer accès à l'intarissable."

Ces mots me rejoignent. Extraits de son dernier journal "Gratitude".  Dans des réseaux humains la gratitude a perdu son sens ou n'existe quasiment plus comme si la vie nous invitait à réinventer chacune de nos relations en lâchant prise au lourd passé de notre destin héréditaire. Tant individuel que collectif. Alors souffler des notes amoureuses devient une perspective ou l'un des seuls plongeons possible. Ce que j'ai rencontré dans le témoignage d'un homme d'exception:Tim Guénard:"Plus fort que la haine".  Trajectoire d'une enfance déchirée, d'une adolescence électrocutée et peu à peu le visage du pardon, de l'ouverture à l'autre, de l'AMOUR.

Alors ce soir, au sein de cette humidité nivernaise constante, des bambous jaunissant et du buis qui enfin se régénère, d'un atelier de magnétisme éveillant l'espérance, je partage mon bonheur d'être avec les miens, vivants et morts, d'ici et des ailleurs:j'écoute le souffle de mes pas sur les sentiers de l'imprévu.